« Le management de la qualité doit être maîtrisé » – Sébastien Ruiz (Préiso)

en partenariat avec :

Préiso conseille notamment les préleveurs et laboratoires dans leurs projets d’accréditation par le Cofrac.
ENTRETIEN AVEC
Sébastien Ruiz, fondateur et dirigeant de Préiso, société spécialisée dans l’accompagnement des entreprises dans leur projet de management de la qualité. L’entreprise conseille notamment les préleveurs et laboratoires dans leurs projets d’accréditation par le Cofrac.

Comment accompagnez-vous vos clients dans leur démarche qualité ?

Notre rôle est de guider les organismes dans la mise en place d’un système de management de la qualité, c’est-à -dire un ensemble de dispositions qui garantissent le niveau de compétence des collaborateurs et son maintien. Cela consiste dans un premier temps à définir clairement les objectifs de l’entreprise via l’écriture d’une politique qualité. C’est ensuite la mise en place d’une série de procédures écrites qui rassemblent les connaissances, en passant d’une culture orale à une culture écrite. Cela permettra à l’entreprise de grandir et d’intégrer de nouveaux effectifs en conservant le niveau de qualité. Le but est d’inspirer la confiance à ses clients, et plus encore au Cofrac. S’ajoutent enfin des exigences techniques comme de s’assurer de la bonne maintenance du parc d’équipements, de la conformité métrologique et de la mise en place de contrôles qualité.

Nous nous assurons également de la recevabilité administrative du dossier de candidature et nos consultants sont présents auprès de nos clients jusqu’à l’obtention de leur accréditation. Un consultant peut aussi occuper la fonction de responsable qualité externalisé : il conserve un statut externe à l’organisme mais est partie prenante en interne et est audité par les auditeurs du Cofrac en tant que responsable qualité. Nos clients peuvent ainsi se concentrer sur la maîtrise technique de leur activité tout en s’assurant du bon suivi du système de management de la qualité.

Quelles sont les erreurs à éviter ?

S'il y a une erreur à pas commettre, c'est de vouloir aller trop vite et de considérer la constitution du dossier comme une finalité. La finalité est d'avoir une organisation conforme aux exigences des différents référentiels. Le dossier offre seulement une recevabilité administrative et l’accréditation ne s'obtient qu'après avoir été audité.

La seconde erreur serait de construire un système qualité non maîtrisé. C’est pourquoi il vaut mieux éviter les systèmes clés en main. Les audits sont aussi bien basés sur la documentation que sur la mise en œuvre de celle-ci. Le nombre d'écarts et leur criticité au moment de l'audit conditionneront la confiance des auditeurs et l'obtention de l'accréditation.

Enfin, il serait trompeur de croire qu’une seule et même personne peut assumer toutes les fonctions : responsable qualité, responsable technique, métrologie, administratif… Les organismes ne doivent pas hésiter à aller chercher des ressources supports, mais surtout une aide compétente et qualifiée capable d’apporter une réponse sur l’aspect opérationnel et sur la maîtrise du projet.

Quel est le but de votre partenariat avec AC Sperhi ?

AC SPerhi conçoit et commercialise des pompes de prélèvement. Via ce partenariat nous souhaitons offrir à nos clients respectifs une solution globale à la fois dans la mise en œuvre d'un système de management de la qualité accrédité, et dans la prise en main des solutions techniques nécessaires à la réalisation des analyses de prélèvements. Les porteurs de projets peuvent bénéficier de cet accompagnement et d’un parcours de formation spécifique visant à l’obtention et au maintien de l’accréditation. Une session réunissant plusieurs entreprises sera lancée dès janvier 2018.

 

Interview réalisée dans le cadre de la Conférence Amiante de Marseille

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur

Laisser un commentaire