Retrait d'amiante : le guide des opérateurs de désamiantage

Préoccupation majeure de santé publique, l’amiante est également une problématique centrale pour les employeurs dont les salariés sont, ou peuvent être, selon les métiers qu’ils exercent, en contact avec des matériaux amiantés.

Car au-delà des entreprises spécialisées dans le désamiantage ou dans le confinement des matériaux amiantés, qui doivent se plier à une réglementation du travail drastique pour la protection de leurs salariés, il en est d’autres dont les salariés peuvent être en contact occasionnellement avec des matériaux amiantés dans le cadre de leurs activités professionnelles.

Le principe directeur pour la gestion de l’amiante sur un chantier, tel que rappelé inlassablement par l’INRS, est clair : « Pas formé, pas toucher ». C’est pourquoi le Code du Travail impose que tout employeur dont les salariés sont susceptibles d’être exposés à l’amiante doit mettre en œuvre certains principes de sécurité.

Plus spécifiquement ensuite, nous concentrerons les développements sur les « travailleurs de l’amiante » et sur les mesures de protections individuelles et collectives devant être mise en place dans le cadre d’un chantier de retrait ou de confinement de l’amiante.

Enfin, nous étudierons dans la manière dont les déchets amiantés et les matériaux contenant de l’amiante doivent être traités à l’issue d’un chantier de désamiantage.

SOMMAIRE DU DOSSIER "RETRAIT DE L'AMIANTE" :

  1. LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR
    - L'évaluation initiale des risques
    - La valeur limite d'exposition professionnelle (VLEP)
    - Définition d'un mode opératoire
    - Organisation du travail
  2. LA PROTECTION DES TRAVAILLEURS
  3. FORMATION ET INFORMATION DES OPERATEURS
  4. LA CERTIFICATION
  5. LES DERNIERES ACTUALITÉS

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR

En termes de sécurité au travail, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. Selon l’article L 4121-1 du Code du travail, ces mesures englobent :

  • Des actions de prévention des risques professionnels et
    de la pénibilité au travail ;
  • Des actions d’information et de formation ;
  • La mise en place d’une organisation et de moyens
    adaptés.

Concernant plus spécifiquement la sécurité sur les chantiers de bâtiment, l’article L4531-1 du Code du travail précise :

« Afin d’assurer la sécurité et de protéger la santé des personnes qui interviennent sur un chantier de bâtiment ou de génie civil, le maître d’ouvrage, le maître d’œuvre et le coordonnateur en matière de sécurité et de protection de la santé (…) mettent en œuvre, pendant la phase de conception, d’étude et d’élaboration du projet et pendant la réalisation de l’ouvrage, les principes généraux de prévention énoncés (ci-dessus). Ces principes sont pris en compte (…) dans l’organisation des opérations de chantier, en vue :

  1. De permettre la planification de l’exécution des différents travaux ou phases de travail se déroulant simultanément ou successivement ;
  2. De prévoir la durée de ces phases ;
  3. De faciliter les interventions ultérieures sur l’ouvrage. »

L’ensemble de ces mesures comprend, en ce qui concerne le risque amiante :

  • Une évaluation initiale des risques
  • Une connaissance de la valeur limite d’exposition professionnelle
  • Conditions de mesurage des empoussièrements et de contrôle de la valeur limite d’exposition professionnelle
  • La définition d’un mode opératoire

Evaluation initiale des risques

Préalablement à toute autre chose, le donneur d’ordre (maître d’ouvrage, propriétaire…) est tenu de remettre à l’entrepreneur chargé de la réalisation des travaux les documents suivants :

  • Le « dossier amiante - parties privatives », pour les propriétaires des parties privatives d’immeubles collectifs d’habitation dans lesquelles seront réalisés les travaux, qui comprend d’une part le rapport de repérage des matériaux et produits de la liste A contenant de l’amiante ; et d’autre part, la date, la nature, la localisation et les résultats des évaluations périodiques de l’état de conservation, des mesures d’empoussièrement, des travaux de retrait ou de confinement ou des mesures conservatoires mises en œuvre.
  • Le « dossier technique amiante » pour les propriétaires des parties communes d’immeubles collectifs d’habitation et pour les propriétaires d’immeubles bâtis à usage autre que d’habitation. Ce DTA regroupe d’une part les rapports de repérage listes A et B et d’autre part la date, la nature, la localisation et les résultats des évaluations périodiques de l’état de conservation, des mesures d’empoussièrement, des travaux de retrait ou de confinement et des mesures conservatoires mises en œuvre. Notons que le DTA doit également comporter les recommandations générales de sécurité à l’égard des matériaux et produits amiantés, ainsi que les procédures de gestion et d’élimination des déchets, et une fiche récapitulative de l’ensemble des informations mentionnées ci-avant.
  • Le rapport du repérage des matériaux et produits de la liste C contenant de l’amiante dans le cas où l’intervention de l’entreprise concerne des travaux de démolition dans l’immeuble. Une fois ces documents en sa possession, l’employeur doit réaliser son évaluation des risques, en mettant en œuvre les principes suivants :
    — Eviter les risques ;
    — Evaluer les risques qui ne peuvent pas être évités ;
    — Combattre les risques à la source ;
    — Adapter le travail à l’homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail ainsi que le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production, en vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé ;
    — Tenir compte de l’état d’évolution de la technique ;
    — Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n’est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux ;
    — Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l’organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l’influence des facteurs ambiants ;
    — Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle ;
    — Donner les instructions appropriées aux travailleurs.

Outre ces mesures de caractère général, l’employeur dont les salariés sont amenés à intervenir sur des matériaux amiantés doit estimer le niveau d’empoussièrement correspondant à chacun des processus de travail et les classer selon trois niveaux :
— Premier niveau : empoussièrement dont la valeur est inférieure à 100 fibres par litre ;
— Deuxième niveau : empoussièrement dont la valeur est supérieure ou égale à 100 fibres par litre et inférieure à 6 000 fibres par litre ;
— Troisième niveau : empoussièrement dont la valeur est supérieure ou égale à 6 000 fibres par litre et inférieure à 25 000 fibres par litre.

L’employeur transcrit les résultats de son évaluation des risques pour chaque processus dans le document unique d’évaluation des risques. Ce document doit être mis à jour à chaque modification de processus qui entraîne un changement de niveau d’empoussièrement, ou lors de l’introduction de nouveaux processus, en fonction, par exemple, de l’évolution du chantier.

La valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP)

La VLEP sert de base à l’ensemble de l’organisation du travail sur un chantier au cours duquel les salariés sont soumis à une exposition. Le Code du Travail est très clair sur ce point :

« La concentration moyenne en fibres d’amiante, sur huit heures de travail, ne dépasse pas dix fibres par litre. Elle est contrôlée dans l’air inhalé par le travailleur ».

Jusqu’au 1er juillet 2015, la valeur limite d’exposition professionnelle était fixée à une concentration en fibres d’amiante dans l’air inhalé de cent fibres par litre évaluée sur une moyenne de huit heures de travail. Cependant, des évaluations et des mesures réalisées sur des chantiers par l’INRS ont démontré que ce seuil de 100 fibres n’était que rarement respecté, dû essentiellement à des évaluations erronées des niveaux d’empoussièrement à la base.

La VLEP maximale a donc été abaissée à 10 fibres par litres depuis le 1er juillet 2015. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’un salarié ne peut pas être exposé (et non pas « respirer ») à une concentration moyenne de 10 fibres par litre d’air au cours d’une journée de travail de 8 heures.

Le calcul, qui doit aboutir à l’organisation du chantier, fait entrer plusieurs variables en ligne de compte et surtout :

  • Le temps de travail sur chacun des postes ;
  • Le niveau d’empoussièrement évalué sur chaque poste.

Plus de détails sur la VLEP et son mesurage

CONDITIONS DE MESURAGE DES EMPOUSSIEREMENTS AMIANTE ET CONTROLE DE LA VLEP

  1. LES MESURES EN SITUATIONS RÉELLES
  2. ANALYSE DES PRÉLÈVEMENTS ET COMPTAGE DES FIBRES

Définition d’un mode opératoire sur chantier amiante

En fonction des résultats de l’évaluation initiale des risques, pour chaque processus mis en œuvre, l’employeur établit un mode opératoire précisant notamment :

  • La nature de l’intervention ;
  • Les matériaux concernés ;
  • La fréquence et les modalités de contrôle du niveau d’empoussièrement du processus mis en œuvre et du respect de la valeur limite d’exposition professionnelle ;
  • Le descriptif des méthodes de travail et moyens techniques mis en œuvre ;
  • Les notices de poste ;
  • Les caractéristiques des équipements utilisés pour la protection et la décontamination des travailleurs ainsi que celles des moyens de protection des autres personnes qui se trouvent sur le lieu ou à proximité de l’intervention ;
  • Les procédures de décontamination des travailleurs et des équipements ;
  • Les procédures de gestion des déchets ;
  • Les durées et temps de travail.

Le mode opératoire doit être annexé au document unique d’évaluation des risques. Il est soumis à l’avis du médecin du travail, du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail ou, à défaut, des délégués du personnel.

Une fois rédigé, le mode opératoire est transmis à l’inspecteur du travail et aux agents des services de prévention des organismes de sécurité sociale, dans le ressort territorial desquels est situé l’établissement et, le cas échéant, à l’organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics. Si le document, pour quelque raison que ce soit, fait l’objet d’une modification, une nouvelle transmission doit être faite lors de sa mise à jour.

Dans le cas d’un chantier amiante d’une durée prévisible supérieure à cinq jours, l’employeur transmet, en plus du mode opératoire, à l’inspecteur du travail et au service de prévention de l’organisme de sécurité sociale du lieu de l’intervention ainsi que, le cas échéant, à l’office professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics :

  • Le lieu, la date de commencement et la durée probable de l’intervention ;
  • La localisation de la zone à traiter, la description de l’environnement de travail du lieu de l’intervention ;
  • Le dossier « amiante – Parties privatives », le DTA, le rapport de repérage amiante « liste C », en cas de travaux de démolition ;
  • La liste des travailleurs impliqués. Cette liste mentionne les dates de délivrance des attestations de compétence des travailleurs, les dates de visite médicale et précise, le cas échéant, le nom des travailleurs sauveteurs secouristes du travail affectés au chantier ainsi que les dates de validité de leur formation.

Organisation du travail

En raison des contraintes techniques inhérentes à la protection des opérateurs, les travaux sur les chantiers amiante doivent faire l’objet d’une attention particulière en ce qui concerne les rotations de postes :

  • pour respecter les exigences de la VLEP ;
  • pour prendre en compte la pénibilité de certains postes (notamment ceux exigeant le port de combinaisons intégrales lourdes et rendant le travail particulièrement difficile).

En conséquence, l’employeur doit déterminer, en tenant compte des conditions de travail, notamment en termes de contraintes thermiques ou hygrométriques, de postures et d’efforts :

  • La durée de chaque vacation ;
  • Le nombre de vacations quotidiennes ;
  • Le temps nécessaire aux opérations d’habillage, de déshabillage et de décontamination des travailleurs au sein des installations prévues à cet effet ;
  • Le temps de pause après chaque vacation, qui s’ajoute au temps de pause « légal » de 20 minutes à partir dune durée de travail quotidienne de 6 heures.

Cette organisation doit faire l’objet d’une consultation du médecin du travail, du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail ou, à défaut, les délégués du personnel.

De plus, le Code du travail impose certaines limites :

  • La durée maximale d’une vacation n’excède pas deux heures trente ;
  • La durée maximale quotidienne des vacations n’excède pas six heures.

PROTECTION DES TRAVAILLEURS PENDANT UN CHANTIER DE RETRAIT OU D'ENCAPSULAGE

Principes et moyens de prévention

Pendant l’exécution des travaux, l’entreprise qui y procède est tenue d’informer le donneur d’ordre de toute présence d’amiante mise en évidence lors des travaux qui n’aurait pas été détectée lors du repérage initial.

L’employeur dont les salariés interviennent sur des matériaux amiantés ou procèdent au retrait ou à l’encapsulage de ces derniers, est tenu de réduire au niveau le plus bas techniquement possible la durée et le niveau d’exposition des travailleurs. Il est également tenu de garantir l’absence de pollution des bâtiments, des équipements, des structures, et des installations dans lesquels ou dans l’environnement desquels les travaux sont réalisés.

Pour ce faire, il est tenu de mettre en œuvre :

  • Des techniques et des modes opératoires de réduction de l’empoussièrement tels que le travail robotisé en système clos, la réduction de la volatilité des fibres d’amiante par l’imprégnation à cœur des matériaux contenant de l’amiante avec des agents mouillants, le démontage des éléments par découpe ou déconstruction ;
  • Les mesures nécessaires de confinement et de limitation de la diffusion des fibres d’amiante à l’extérieur de la zone des opérations, notamment en mettant à disposition des travailleurs les moyens de décontamination appropriés et en définissant la procédure de décontamination à mettre en œuvre.

D’une manière générale, pour satisfaire à ces obligations, l’employeur est tenu de mettre en œuvre, dès la phase de préparation de l’opération, des moyens de protection collective et individuelle.

Les mesures de protection collectives doivent être adaptées à la nature des opérations à réaliser permettant d’éviter la dispersion de fibres d’amiante en dehors de la zone de travail et d’abaisser la concentration en fibres d’amiante au niveau le plus bas techniquement possible.

Poussières d'amiante : quelles mesures collectives de réduction des émissions

Travail en milieu amianté : quels équipements de protection individuelle

FORMATION ET INFORMATION DES TRAVAILLEURS DE L'AMIANTE

Information des opérateurs

L’employeur est tenu de rédiger une « notice de poste » pour chaque poste de travail ou situation de travail exposant les travailleurs à des poussières d’amiante. Cette notice, qui doit être actualisée si nécessaire, est destinée à informer les travailleurs des risques auxquels leur travail peut les exposer et des dispositions prises pour les éviter. Elle rappelle également les règles d’hygiène applicables ainsi que, le cas échéant, les consignes relatives à l’emploi des équipements de protection collective ou individuelle.

Cette notice doit être transmise pour avis au médecin du travail et cet avis est communiqué au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail ou, à défaut, aux délégués du personnel.

Formation des opérateurs

Les opérateurs doivent recevoir une formation à la sécurité qui soit aisément compréhensible par le salarié. Cette formation, une fois réalisée par un organisme de formation accrédité est validée sous la forme d’une attestation de compétence individuelle délivrée au travailleur.

Le Code du Travail, dans le cadre des dispositions concernant la prévention des risques d’exposition à l’amiante, distingue entre deux situations :

  • Les travaux d’encapsulage et de retrait d’amiante ou d’articles en contenant, dites « de sous-section 3 ».
  • Les interventions sur des matériaux, des équipements, des matériels ou des articles susceptibles de provoquer l’émission de fibres d’amiante, dites « de sous-section 4 »

Partant de cette distinction, le Code du Travail impose des formations particulières pour chacun des salariés amenés à se retrouver, dans le cadre de leur activité, dans l’une ou l’autre de ces situations.

Plus de détails sur les formations amiante Sous-section 3 et Sous-section 4

risque-amiante

QUELLE FORMATION POUR LES OPERATEURS DE DESAMIANTAGE ?

  1. LA FORMATION EN SS3 DES OPERATEURS DE RETRAIT ET D'ENCAPSULAGE D'AMIANTE
  2. LA FORMATION SS4 POUR LES SALARIES POUVANT ETRE EN CONTACT AVEC DES MATERIAUX AMIANTES

CERTIFICATION AMIANTE OBLIGATOIRE

Les entreprises réalisant des opérations sur matériaux et produits contenant de l’amiante sont soumises aux dispositions des articles R. 4412-94 à R. 4412-148 du code du travail. Les entreprises qui réalisent des travaux de retrait ou de confinement de matériaux et produits contenant de l’amiante doivent en particulier être certifiées dans les conditions prévues à l’article R. 4412-129. Cette certification est obligatoire à partir du 1er juillet 2013 pour les entreprises effectuant des travaux de retrait sur l’enveloppe extérieure des immeubles bâtis et à partir du 1er juillet 2014 pour les entreprises de génie civil.

Des documents d’information et des conseils pratiques de prévention adaptés sont disponibles sur le site de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (lien).

Les prélèvements sur opérateurs : une stratégie de sécurité sur les chantiers amiante

Les prélèvements sur opérateurs lors de chantiers-test font partie intégrante de la prévention des risques d’exposition aux fibres d’amiante lors d’un chantier de désamiantage. Encadrés par le Code du Travail, des normes strictes d’application et des pratiques professionnelles de plus en plus partagées, les stratégies d’échantillonnage et le prélèvement d’air sur opérateur sont l’une des […]

L’innovation structurelle au service du client et des collaborateurs – Avec Europamiante

Réussir un chantier de désamiantage n’est pas qu’une question technique. Chaque site présente ses spécificités, ses difficultés et des règles drastiques d’intervention liées à des impératifs de sécurité. Le désamiantage des sites hyper-sécurisés est la spécialité d’Europamiante, qui a su adapter son mode de fonctionnement et son organisation aux exigences hors-normes de maîtres d’ouvrage soumis […]

Amiante dans les enrobés bitumineux : proactivité, maîtrise et gestion des chantiers

L’une des conditions de réussite d’un chantier avec risque d’amiante réside dans la possibilité de s’appuyer sur une réglementation et des processus éprouvés. A défaut d’informations fiables, les incertitudes des différents acteurs quant à leurs responsabilités respectives peuvent impacter fortement le chantier. Le point avec Alexandre Neuraz, responsable Marketing chez PROTYS et membre de la Commission Normalisation sur la réglementation amiante […]

La sécurité des chantiers sans sacrifier le confort des opérateurs

Le bien-être des opérateurs par les petits détails qui vont leur simplifier la vie, c’est l’une des ambitions de 3M. Martial BOUVIN, Chef de marché milieu nucléaire, industrie lourde et chantier de désamiantage nous présente certaines de ces « petites choses » qui vont faciliter le travail des opérateurs.

Désamiantage : 14 Règles Techniques pour uniformiser les pratiques en cours d’écriture

Le SEDDRe, en partenariat avec le SYRTA, a lancé un grand chantier de rédaction de Règles Techniques à destination des professionnels concernés par les travaux de désamiantage. L’idée : établir les règles de l’art de la profession. Le point avec Souhila Paré, chargée de mission santé et sécurité au travail au sein du SEDDRe […]

Des mesures d’empoussièrement utiles pour des mesures de sécurité efficientes

Les mesures d’empoussièrement lors des travaux de désamiantage sont, d’un point de vue réglementaire, parfaitement encadrées. Mais pas forcément toujours pertinentes, notamment lors de certains chantiers ou dans des conditions de travail particulières. Des situations qui doivent amener les professionnels à « adapter » leurs obligations réglementaires pour obtenir des mesures cohérentes, utiles et donc, exploitables pour la sécurité des salariés. Le point avec Thomas Lesser, président de BET2C.

Confinement amiante : des solutions d’encoffrement pour chaque application

Moins coûteux et plus rapide qu’un désamiantage total, les solutions d’encoffrement amiante permettent d’allonger – en toute sécurité – la durée de vie du bâti afin de laisser le temps aux maîtres d’ouvrage de prévoir le budget pour un retrait futur de l’amiante. Polyasim, fabricant et distributeur de produits de confinement et d’encapsulage, propose des […]

NF X46-010 : le processus de certification expliqué par GLOBAL Certification®

Une fois le système qualité « amiante » de l’entreprise développé, et après avoir établi un contrat de prestation de certification avec GLOBAL Certification®, il est possible d’envisager la certification de l’entreprise sous-réserves de respecter les étapes suivantes : Recevabilité Délai : fonction de l’entreprise – suivant transmission du dossier Durée : Analyse documentaire par GLOBAL Certification® - [...]

L’amiante dans votre maison

Mais qu’en est-il dans la maison, dans « votre » maison ? D’abord l’amiante, qu’est-ce que c’est? Pourquoi est-ce dangereux? Sous quelle forme? Où en trouve-t-on dans la maison? Comment détecter l’amiante? Comment s’en protéger et éventuellement s’en débarrasser.

Certification amiante sous-section 3 : comment organiser le manuel qualité amiante ?

L’organisation du manuel qualité amiante et de la même manière celle du système qualité amiante de l’entreprise est laissée à la discrétion de l’entreprise. Néanmoins, lorsqu’une entreprise qui n’a aucun bagage qualité se lance, elle peut être désorientée pour organiser son système. Forme Certaines entreprises ont un manuel complet tel un livre qui regroupe tous [...]

Création de trois titres professionnels dans le secteur de l’amiante

Nouveau pas dans la professionnalisation de la filière amiante. Trois arrêtés de juillet 2018 créent chacun un titre professionnel : opérateur (niveau CAP), encadrant (niveau bac professionnel) et encadrant technique (niveau BTS). L’annexe de chaque arrêté détaille les tâches réalisées par le professionnel et les compétences nécessaires. Ils ne concernent pas que l’amiante, mais aussi le plomb et les fibres céramiques réfractaires.

VIDEO – AMIANTE360 : le mode hors connexion arrive

Le logiciel AMIANTE360 accompagne les professionnels dans leurs opérations de retrait de l’amiante. Fin mars 2018, le logiciel a gagné une nouvelle fonctionnalité, très demandée par ses utilisateurs : la possibilité d’utiliser le module Exposition sur le chantier sans aucune connexion Internet. Gilles Le Poulard, directeur Business Unit au sein d’Amiante360, explique cette nouvelle fonctionnalité […]

Combien de temps pour se certifier SS3 ? Le système qualité amiante au coeur du processus

La question la plus courante parmi nos futurs certifiés est : « combien de temps vous faut-il pour me certifier ? » Notre réponse est toujours : « cela dépend avant tout de l’entreprise et de sa capacité à démontrer qu’elle répond à l’ensemble des exigences du référentiel à savoir la norme NF X46-010 d’aout 2012 et par conséquent à la [...]

Certification des entreprises de retrait ou d’encapsulage amiante : quelles exigences ?

La certification des entreprises procédant au retrait ou à l’encapsulage d’amiante ou de matériaux en contenant a été rendue obligatoire par arrêté du 14 décembre 2012 et ce, pour toutes les opérations dont le dossier de consultation a été publié après le 1er juillet 2014. En effet, l’entreprise réalisant des travaux de retrait d’amiante (relevant [...]

Publication de la liste des normes harmonisées au titre du réglement EPI

Les normes harmonisées sont des normes européennes adoptées par des organismes européens de normalisation. Les références de ces normes sont publiées au JOUE et cette publication confère à ces normes une présomption de conformité aux directives visées. Ces listes de normes sont périodiquement mises à jour. Ainsi ont été publiés aux JOUE C 209 et […]

Amiante : renforcement, au 1er juillet 2018, du contrôle de l’empoussièrement de l’air inhalé par les travailleurs

Les prélèvements d’échantillons doivent dorénavant être obligatoirement effectués conformément à la norme NF X 43-269 (2017).

Mise en place d’un système d’adduction d’air : EuropAmiante, le bon élève du secteur

Un courrier envoyé par la Direccte aux entreprises de retrait d’amiante indique que le retrait de flocages, plâtres et enduits amiantés nécessite la mise en place d’un système d’adduction d’air pour l’ensemble des intervenants en zone. Les Appareils de Protection Respiratoire ne peuvent être utilisés sur ces chantiers.

Publication des listes de normes harmonisées au titre de la directive et du règlement EPI

Ont été publiées au JOUE n° C 113 du 27 mars 2018 deux communications de la Commission relatives aux EPI, l’une dans le cadre de la mise en oeuvre de la directive 89/686/CEE et l’autre en application des dispositions du nouveau règlement 2016/425 du 9 mars 2016 concernant les équipements de protection individuelle.

ING2A recrute son consultant en risque amiante H/F

Dans le cadre du développement de sa nouvelle plateforme de formation sur Montlouis sur Loire, ING2A recherche un(e) consultant en risque amiante H/F. Face aux enjeux que représente l’amiante dans le monde du travail, Julie Mayeux (Ingénieur Hygiène Sécurité Environnement), Laurent Roquin (Ingénieur en bâtiment, administrateur du SYRTA) ainsi que Boris Fouillat (Ingénieur qualité et préventeur [...]

Désamiantage : l’IRSN teste deux nouvelles cagoules ventilées

En 2009, l’Afsset (agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail, aujourd’hui remplacée par l’Anses) recommandait que la performance des EPI (équipements de protection individuelle) soit évaluée selon la méthode de microscopie électronique à transmission analytique, dite Meta, notamment pour pouvoir apprécier leur efficacité vis-à-vis des fibres fines (FFA) et fibres courtes (FCA) d’amiante. C’est dans ce cadre que l’IRSN (institut national de radioprotection et de sûreté nucléaire) s’est vu confier une mission par la DGT.

« Encore de nombreux progrès à réaliser dans le désamiantage » – Sébastien Sureau (SNED)

ENTRETIEN AVEC Sébastien Sureau, secrétaire général du Syndicat National des Entreprises de Démolition. Membre de la Fédération Française du Bâtiment, le Sned rassemble les entreprises spécialisées dans le désamiantage et la déconstruction. Où en sommes-nous avec l’amiante ? Beaucoup de bâtiments rénovés ou déconstruits renferment des quantités plus ou moins importantes d’amiante. Le fait est [...]

« L’international, un axe de développement stratégique » – Hugo Rosati (DI Environnement)

ENTRETIEN AVEC Hugo Rosati, directeur général de DI Environnement. Le groupe intervient sur des chantiers partout dans le monde. Avec la professionnalisation du métier, l’international est rapidement devenu un axe de développement stratégique. Pouvez-vous nous présenter dans quel contexte DI Environnement est présent à l’international ? Notre présence sur les chantiers étrangers est historique, avec [...]

« Des contraintes similaires au nucléaire, la mobilité des chantiers en plus » – Carine Rouvier (Europamiante)

ENTRETIEN AVEC Carine Rouvier, PDG d’Europamiante. PME implantée à Meaux pour (agence Ile-de-France) et à Arras (agence du Nord), Europamiante est une entreprise de 120 salariés. Présentez-nous votre activité. Nous effectuons du désamiantage à 98% de notre activité. C’est un marché de niche à forte contrainte sécuritaire et administrative. Nous sommes le seul métier apparenté [...]

Désamiantage : l’IRSN expérimente de nouveaux équipements de protection individuelle

Par un arrêté publié le 17 mars au Journal officiel, la ministre du Travail autorise une expérimentation d’équipements de protection individuelle (EPI) utilisables lors d’opérations de désamiantage en dérogation à l’arrêté ministériel du 7 mars 2013. Cette expérimentation sera menée par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), qui devra remettre un rapport de […]

Quels dangers représente l’amiante pour un désamianteur ?

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative » Les dangers relatifs à nombre de produits toxiques utilisés en construction ou dans l’industrie ne sont apparus que récemment. Ce sont souvent les victimes qui ont fait office de lanceurs d’alerte involontaires, certaines payant de leur vie le prix d’années de […]

Dans les entrailles de la passerelle Saint-Laurent, dont l’amiante est retirée

Sa rénovation totale va coûter 2,5 millions d’euros. Fermée depuis l’automne, la passerelle Saint-Laurent, monument historique grenoblois en cours de désamiantage, devrait rouvrir en octobre 2018. Emballée de blanc comme une oeuvre d’art contemporain, elle suscite bien des questions. Mais à quoi peut désormais ressembler ce pont si bien emballé ? Grâce à La Métropole […]

2018 : année de cohésion et de consolidation

Cette année 2018 sera, pour EuropAmiante, une année de cohésion et de consolidation. Chez EuropAmiante, la cohésion d’équipe est mise au cœur de l’organisation de la société. Il faut savoir que tous nos collaborateurs sont en CDI, car ils sont soumis à une surveillance médicale renforcée du fait de l’exposition à un facteur polluant dans […]

Nouvelle unité mobile de décontamination

Cette nouvelle Unité Mobile de Décontamination (U.M.D) allie l’efficacité à la robustesse avec un aménagement optimal pour réduire l’encombrement et un équipement complet selon les dernières réglementations. Caractéristiques techniques de cette Unité Mobile de Décontamination Easy Mobil 5 compartiments + 2 locaux techniques Autonome : réservoir d’eau, générateur, chaudière,filtration Chassis acier double essieu, plancher contreplaqué […]

Les travaux de désamiantage sont à la charge du bailleur

Sauf clause expresse contraire, les obligations pesant sur le promoteur immobilier envers le preneur n’exonèrent pas le bailleur de la prise en charge des travaux désamiantage nécessaires à l’activité stipulée au bail, a jugé jeudi la Cour de cassation. En l’espèce, une association avait pris à bail commercial un immeuble destiné à usage de crèche […]

Poussières d’amiante : quelles mesures collectives de réduction des émissions ?

D’une manière générale, pour satisfaire à ces obligations, l’employeur est tenu de mettre en œuvre, dès la phase de préparation de l’opération de désamiantage, des moyens de protection collective et individuelle. Les mesures de protection collectives doivent être adaptées à la nature des opérations à réaliser permettant d’éviter la dispersion de fibres d’amiante en dehors [...]

Retrait amiante : quelle formation pour les opérateurs de désamiantage ?

Les opérateurs de désamiantage doivent recevoir une formation à la sécurité qui soit aisément compréhensible par le salarié. Cette formation, une fois réalisée par un organisme de formation accrédité est validée sous la forme d’une attestation de compétence individuelle délivrée au travailleur. Le Code du Travail, dans le cadre des dispositions concernant la prévention des [...]

« Homogénéiser les pratiques est un véritable enjeu » – SNED

ENTRETIEN AVEC Sébastien Sureau, délégué général du Syndicat national des entreprises de déconstruction. Le SNED compte plus de 130 membres.

V.Barrabé/C. Ray (AMOLIA): « Accompagner les maîtres d’ouvrage »

ENTRETIEN AVEC Vincent Barrabé et Christophe Ray, fondateur d’Amolia, société spécialisée dans l’assistance à maîtrise d’ouvrage, plus précisément de la conduite d’opérations.

Traitement de l’amiante : DI ENVIRONNEMENT présente son savoir-faire (VIDEO)

Michel Grasso, chargé du développement commercial chez DI ENVIRONNEMENT, présente le savoir-faire et les atouts du spécialiste du désamiantage et de la dépollution. Une vidéo enregistrée à l’occasion de la Conférence Amiante de Marseille, le 17 octobre 2017. Michel Grasso anime également une intervention sur les étapes des Conférences Amiante, où il présente un chantier […]

Problématique amiante : « S’entourer d’entreprises compétentes », par la SNED (VIDEO)

Sébastien Sureau, délégué général du SNED, précise les actions du syndicat dans le domaine du traitement de l’amiante. Une vidéo enregistrée à l’occasion de la Conférence Amiante de Marseille, le 17 octobre 2017. Sébastien Sureau animera une présentation sur les prochaines étapes de la Conférence Amiante à Nantes (le 14 novembre) et Paris (le 5 […]

Sites et sols pollués : les modalités de certification des bureaux d’études sont en consultation

Un projet d’arrêté fixe la norme applicable et les modèles d’attestation concernant les bureaux d’études qui attesteront que les mesures de gestion de la pollution à mettre en oeuvre ont bien été prises en compte dans le projet de construction.

Amiante : un chantier exceptionnel sur l’autoroute A 75, dans le Puy-de-Dôme

Pour retirer de l’enrobé contenant de l’amiante, l’autoroute A75 qui relie Clermont-Ferrand à Béziers sera en chantier à partir du 16 octobre. L’amiante avait été utilisée entre 1970 et 1995 ; pour l’éliminer, il va falloir prendre des précautions. La présence d’amiante a été détectée sur les 3 kilomètres de ce tronçon de l’autoroute A75 […]

Désamiantage : intervention en milieu hyper sécurisé

Nos équipes sont formées à intervenir dans des sites de haute sécurité du type de l’Elysée, des Aéroports de Paris, du Sénat et des Sites classés défense (terrain militaire etc). Ces sites sont soumis à des réglementations très strictes. On ne rentre pas facilement dans ces monuments ou institutions françaises, et de plus, travailler sur […]

« Le projet Carto amiante conseillera les techniques opératoires les moins émissives » – Stéphanie Buco (OPPBTP)

ENTRETIEN AVEC Stéphanie Buco est ingénieure de prévention adjointe au chef d’agence de l’OPPBTP pour la région PACA-Corse. Membre du Réseau Amiante de l’OPPBTP, elle travaille en partenariat avec le groupe régional Amiante de la Direccte. Son rôle consiste notamment à s’assurer de la montée en compétence des conseillers.

« Nous avons adapté les processus de sablage aux techniques de désamiantage » – Xavier Wisniewski (Masci)

ENTRETIEN AVEC Xavier Wisniewski, directeur de l’activité peinture industrielle/tertiaire et traitement de l’amiante au sein du Groupe Masci. Spécialiste de l’application des peintures industrielles et des revêtements techniques, le groupe s’est doté en 2014 d’une division spécialisée dans les chantiers nécessitant le traitement de l’amiante, du plomb et autres matières dangereuses.

Chantiers de désamiantage : un gain de temps considérable avec le Polyasim Y

Détenteur du premier avis technique de la commission Cevalia, le Polyasim Y offre un gain de temps considérable sur les chantiers de désamiantage. Zoom sur une nouvelle source d’économie pour des projets de rénovation. Le confinement d’une zone de travaux de désamiantage prend généralement entre 50 et 70 % de la durée globale d’un chantier. Ce temps […]

L’OPQIBI au Salon des Professionnels de l’Amiante à Paris

L’OPQIBI – l’Organisme de Qualification de l’Ingénierie – disposera d’un stand au Salon des Professionnels de l’Amiante, mercredi 13 et jeudi 14 septembre 2017 à Paris Villette (stand E24). Il y présentera notamment ses 2 qualifications liées à l’amiante : 09.01 : diagnostic amiante avant travaux 09.02 : maîtrise d’œuvre en désamiantage De plus, le […]

Enquête sur les chantiers de désamiantage

L’enquête conduite par la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) et la Direction générale du travail (DGT) sur les chantiers de désamiantage a été réalisée en mai 2016. Elle a pour objectif de dénombrer ces chantiers déclarés en 2015, ainsi que d’en décrire les principales caractéristiques. Malgré la taille […]

Désamiantage sur les monuments historiques

Altia Environnement s’est spécialisée en intervention de désamiantage et de déplombage des monuments historiques. Des interventions complexes qui nécessitent la prise en compte de nombreuses contraintes. Contexte des chantiers de désamamiantage sur les monuments historiques « Nous avons été retenus pour intervenir sur les fenêtres du Musée du Louvre et sur plusieurs chantiers de la Monnaie […]

Désamiantage dans des immeubles Haussmanniens

Premier loueur de France et leader européen des services immobiliers résidentiels, Foncia a fait intervenir Altia Environnement sur des bâtiments Haussmanniens sur Paris dans le cadre d’un chantier de désamiantage portant sur l’aménagement des cages d’ascenseurs. Contexte du chantier de désamiantage dans des immeubles Haussmanniens A l’époque de leur construction, dans les années 60 et […]

Votre appareil de protection respiratoire à ventilation assistée est-il toujours certifié ?

Utilisés par les opérateurs dans les environnements de désamiantage à haut risque, les appareils de protection respiratoire à ventilation assistée peuvent bloquer 99,95 % des particules en suspension dans l’air, garantissant ainsi une protection élevée. L’un des composants essentiels de ces appareils est leur filtre. Mais saviez-vous que pour préserver la validité des certifications de […]

EuropAmiante s’engage pour le développement durable

Entreprise spécialisée dans le désamiantage, la dépollution, la déconstruction et le déplombage, Europamiante décide de voir plus loin et s’engage pour le développement durable, la préservation de la planète et sa biodiversité. Leur engagement 2017 : Agir à leur échelle. Un désamianteur s’engage pour le développement durable EuropAmiante s’engage pour la biodiversité avec « Le […]

Nouvel état de l’art dans le confinement amiante : Polyasim Y, premier avis technique du CEVALIA

La commission CEVALIA a remis son premier avis technique au Polyasim Y, un substitut aux films polyéthylène pour le confinement de l’amiante. Un produit qui se révèle plus rapide à appliquer, plus performant et plus économique. Le nouvel état de l’art dans le domaine du confinement de l’amiante prend forme. Depuis le 13 janvier 2017, […]

Marie-Laetitia FOURNIE, DIRECCTE – « Le PRST déploie la politique de prévention du risque amiante en Occitanie »

ENTRETIEN AVEC Marie-Laetitia Fournié, ingénieure de prévention à la DIRECCTE, en charge de l’amiante sur la partie Ouest de la région Occitanie. Elle travaille conjointement avec son homologue de Montpellier, Fabienne Stang-Martin, au déploiement des actions de prévention sur l’ensemble du territoire occitan. La DIRECCTE Occitanie s’est dotée d’une équipe amiante spécialisée d’une vingtaine d’agents […]

Procédures d’évaluation de la conformité des EPI : publication de la liste des organismes habilités

Présentation des différentes listes d’organismes habilités

Cécile JOLIVET, ADIM Occitanie : « Les coûts réels de désamiantage dépassent souvent les prévisions »

ENTRETIEN AVEC Cécile Jolivet est directrice technique d’ADIM Occitanie, promoteur immobilier intégré au groupe VINCI Construction France, où elle gère les projets de l’élaboration des dossiers PRO jusqu’à la livraison, en passant par le suivi des travaux et la gestion des intervenants sur le chantier. L’entreprise compte deux agences régionales à Toulouse (31) et à […]

La réhabilitation d’un chantier historique : la gare de Metz

Bâtiment à l’architecture exceptionnelle, monument historique et candidate au patrimoine mondial de l’UNESCO, la gare de Metz est une ancienne gare ferroviaire, située à proximité du centre-ville. Un peu d’histoire sur la gare de Metz Construite par les autorités allemandes en 1878, durant l’annexion de l’Alsace-Lorraine, elle est désaffectée lors de la mise en service de la nouvelle gare, inaugurée en 1908 par […]

Cour de cassation – Travaux en présence d’amiante

La Cour de cassation a rendu, le 19 avril, un arrêt rappelant l’obligation générale de sécurité et de résultat de l’entreprise en matière de travaux en présence d’amiante. Une décision « pas surprenante, mais qui a le mérite d’être exemplaire ». C’est ainsi que Farouk Benouniche, avocat au sein du cabinet Michel Ledoux et associés, qualifie un […]

Interview – Hugo ROSATI, DI Environnement

Pouvez-vous nous présenter votre entreprise (historique, activité, principaux clients…) ? Hugo ROSATI : Dauphiné Isolation est une PME familiale créée en 1987 à Montélimar par Frédéric ROSATI. Spécialisée à l’origine dans la projection d’isolant, la société se diversifie en 1995 dans le désamiantage. A cette époque, en tant que précurseur dans le retrait de l’amiante […]

Interview – Sébastien PAQUET, DIRECCTE Auvergne-Rhône-Alpes – Lyon 12 avril

Créées en 2010, les directions des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi regroupent, en une administration régionale unique, des services issus des ministères économiques et financiers et l’ensemble des services du ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social. La DIRECCTE est un service […]

Interview – Cyrille SROCZYNSKI, SNCF Réseau – Lyon 12 avril

Le désamiantage bien engagé sur les Réseaux du Grand Sud-Ouest Pouvez-vous brièvement nous présenter votre structure ? Cyrille Sroczynski : « SNCF Réseau est devenu en janvier 2015 le gestionnaire du réseau ferroviaire français. Né de la fusion de Réseau Ferré de France (RFF), de SNCF Infra et de la Direction de la Circulation Ferroviaire […]

Thierry Mathieu (OPPBTB) : « nous articulons nos actions autour du GRIA »

Entretien avec  Thierry MATHIEU, OPPBTP Auvergne-Rhône-Alpes – Lyon 12 avril Créée en 1947, l’OPPBTP (Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics) a pour mission d’accompagner les professionnels du bâtiment et des travaux publics à améliorer leurs conditions de travail pour prévenir des accidents du travail et des maladies à caractère professionnel, afin […]

L’organisation commerciale au coeur de l’entreprise

L’entreprise est un écosystème dans lequel chaque faille contribue aux difficultés de performance. Pour y remédier Europamiante réorganise son équipe commerciale afin de doubler son efficacité et replace la relation client au centre de ses préoccupations, sous la direction d’Isabelle Champcenest (Directrice Commerciale). Qu’est ce que cela change pour vous clients et partenaires, me répondrez-vous […]

Formation – Auditeur traitement de l’amiante

Cette formation certifiante vous amène à acquérir les connaissances de la réglementation amiante française, des référentiels normatifs du traitement de l’amiante. Ces 5 jours vous apportent également les compétences nécessaires à la réalisation d’audit des entreprises en charge du traitement de l’amiante. Contenu de la « Formation – Auditeur traitement de l’amiante » Le concept de l’audit […]

EuropAmiante, une maîtrise complète de la chaîne amiante

Qui est EuropAmiante ? Entreprise spécialisée dans le désamiantage, la dépollution, la déconstruction et le déplombage, EuropAmiante intervient auprès des particuliers et des professionnels, en intérieur comme en extérieur, dans des secteurs variés. Spécialisée dans les interventions en milieu occupé, notre équipe répond à l’ensemble des contraintes liées à ces types de chantiers. Vous avez […]

Poussières : Guide INRS de bonnes pratiques en démolition

L’INRS publie un nouveau guide avec pour objectif de capitaliser les bonnes pratiques sur les chantiers de démolition. Ces bonnes pratiques permettent de réduire les expositions des opérateurs aux poussières et de diminuer les émissions dans l’environnement. Ce guide est destiné à sensibiliser : les entreprises, les maîtres d’ouvrage et les maîtres d’oeuvre sur les […]

L’entreprise cognaçaise Mannamiante en liquidation

L’entreprise a perdu son agrément amiante trois jours avant que le tribunal de commerce ne se prononce. Mannamiante tire le rideau. « Je le vis très mal. Cela fait neuf ans que je me bats ». Pour Claude Mannalin, le patron de Mannamiante, l’entreprise cognaçaise spécialisée dans le désamiantage, le couperet est tombé jeudi dernier. Le tribunal […]

Rencontres de la Sécurité Amiante

Le vendredi 24 février prochain, Trecan Conseil vous donne rendez-vous, pour de nouvelles Rencontres de la Sécurité Amiante, à RENNES en collaboration avec de nombreux experts en prévention amiante de la région Grand-Ouest. Ces rencontres s’adressent aux donneurs d’ordres et aux professionnels réalisant des opérations amiante tant en sous-section 4 qu’en sous-section 3. La matinée sera […]

Formation – Risque amiante SS3 – Encadrement de chantier

Cette formation vous permet d’appliquer les dispositifs de prévention des risques liés à la présence d’amiante. A l’issue de ces 10 jours, vous serez capable d’appliquer un plan de démolition, de retrait ou de confinement d’amiante et de connaître les notions d’aéraulique. Vous serez également capable d’appliquer les procédures opératoires spécifiques au type d’activité exercée […]

Ev@lutil : une base de connaissances sur l’exposition aux fibres amiante entre autre

Mis en place en 1992, le programme Ev@lutil est destiné à mettre à a disposition des acteurs de la santé publique et de la prévention un ensemble de bases de données relatives à l’exposition professionnelle au « risque fibres » : laines minérales, fibres céramique, amiante, Microfibres ®… Financée par le Ministère du Travail, alimenté […]

Les mesures d’évaluation et de validation de processus

Dans le but de renforcer la santé des salariés exposés à l’amiante, le décret du 4 Mai 2012 impose aux entreprises effectuant du retrait d’amiante (Sous-Section3) d’évaluer leur processus puis d’effectuer 3 mesures de validation annuelles. L’employeur décrit dans son plan de retrait (SS3) ou mode opératoire (SS4) le processus qui sera mis en œuvre […]

Le Groupe MASCI renforce son développement dans le désamiantage et investit dans l’innovation

le groupe Masci expert depuis plus de 35 ans dans les revêtements techniques et les traitements de surface, investit fortement dans son activité de démantèlement et traitement de l’amiante avec pour objectif qu’elle passe de 20 à 35% de l’activité globale du groupe d’ici 2019. Pierre Brzustowski, nouveau président du groupe Masci depuis Mai 2016, […]

La métrologie amiante dans les chantiers de désamiantage

La métrologie amiante de vos chantiers de désamiantage étant un poste important dans la bonne exécution de ceux-ci, il est indispensable de vous entourer d’un prestataire expérimenté et responsable. AD-LAB s’appuie sur un personnel très qualifié dont un encadrement technique ayant 20 ans d’expérience dans le domaine (ingénieurs, docteurs, DEA) avec des spécialistes du bâtiment […]

Les techniques de retrait de l’amiante

Dans tous les cas, le choix de la technique de retrait de l’amiante doit être motivé par : l’efficacité du procédé, la nature des matériaux, la moindre émission de fibres d’amiante, la moindre pénibilité pour les opérateurs.

Solutions de recouvrement de sols amiantés

Entreprises de pose, maîtrise d’ouvrage, quelles sont vos obligations pour le recouvrement de sols amiantés ? Maîtrise d’ouvrage : obligations pour le recouvrement de sols amiantés ? 1 – Dossier Technique Amiante Le permis de construire de mon bâtiment a été délivré avant le 1er juillet 1997, je fais réaliser mon DTA (Dossier Technique Amiante). 2 – Repérage […]

Techniques d’encapsulage des matériaux amiantés

L’encapsulage regroupe un ensemble de techniques dont l’objectif est à la fois d’étanchéifier le matériau amianté et d’éviter qu’il puisse subir des dégradations ultérieures.

Plan de retrait ou d’encapsulage

Plus qu’un simple descriptif des travaux à réaliser, le Plan de retrait ou d’Encapsulage (PRE) constitue à la fois un plan de prévention des risques pour les travailleurs, un plan préparatoire aux travaux à réaliser et aux mesures de sécurité à mettre en œuvre. Etabli par l’entreprise qui effectue les travaux de retrait ou d’encapsulage, […]

L’installation de décontamination

L’installation de décontamination consiste en un tunnel à 3 ou 5 compartiments qui relie la zone de confinement des travaux à l’extérieur.